Deux médecins canadiens font objection au suicide assisté

Doctor

Deux médecins de Winnipeg disent non au suicide médicalement assisté et demandent au Collège des médecins et chirurgiens du Manitoba de permettre l’objection de conscience.

Avec la légalisation du suicide assisté qui se rapproche, le Collège recueille les commentaires du public pour rédiger sa position sur l’enjeu. Le 6 février 2016, il sera légal au Canada pour un médecin d’aider quelqu’un à s’enlever la vie lorsqu’il souffre de manière persistante et intolérable à cause d’un problème de santé grave et irrémédiable. Il n’est toutefois pas encore clair à quoi ressemblera la loi et quel rôle jouera un médecin, ou si un médecin peut refuser de participer.

Les deux médecins, Dr Mark Kristjanson et Dr Larry Rados, ont écrit des lettres au Collège dans lesquels ils mettent de l’avant le serment d’Hippocrate qu’ils ont prêté lorsqu’ils sont entrés dans le domaine médical il y a plus de 20 ans.

« Le serment d’Hippocrate est le fondement de la médecine. Il comprend un engagement très explicite à ne pas enlever la vie à un patient. C’est pénible, c’est inquiétant et ça me désole qu’on en soit arrivé là. »— Dr Mark Kristjanson

Il dit que sa conscience et le serment d’Hippocrate s’opposent au suicide assisté. Si un patient lui en fait la demande, dit-il, il ne le dirigera pas vers un autre médecin. « Je considère que de référer à un autre médecin est l’équivalent de suggérer l’aide médicale à mourir. Pourquoi devrais-je le référer à l’aide si je ne crois pas que c’est dans son intérêt fondamental? »— Dr Larry Rados

Selon lui, certaines personnes semblent penser que les médecins sont des serveurs qui prennent la commande du patient, peu importe ce qu’ils demandent.

Le Dr Kristjanson affirme qu’il n’a pas l’intention de déroger de sa position. « Je ne quitterai pas [la médécine] volontairement, dit-il, mais si le Collège prend une position ferme voulant que je doive recommander un cas de suicide assisté à un autre collègue, je ne ferai tout de même pas la référence. Si je risque en conséquence de perdre mon permis, c’est un risque que je prendrai. »

Le Dr Rados, lui aussi, est prêt à suivre sa conscience et en accepter les conséquences. « Ce n’est pas pourquoi moi et mes collègues sommes allés en médecine. C’est pour porter le sarrau blanc du guérisseur et non le manteau noir de celui qui donne la mort. Je vais me soumettre à toute discipline nécessaire à ce que je suive ma conscience », déclare-t-il.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/10/06/003-medecins-refusent-suicide-assiste.shtml

Publié dans : Actualités, Médecins, Témoignages