Irlande : un boulanger condamné pour avoir refusé de vendre un gateau avec un slogan pro mariage gay

L’histoire  commence en mai 2014. Un homme vient passer commande à la boulangerie Ashers, à Belfast, d’un gâteau destiné à être présenté lors d’un rassemblement municipal pour marquer la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Surle gateau, il souhaite mettre le logo de Queerspace, un groupe de défense des droits des homosexuels, et un slogan : « Support Gay Marriage » . Après concertation, la famille McArthur qui gère cette chaîne de boulangerie employant plus de 60 personnes, décide de ne pas réaliser ce gâteau dont le slogan va à l’encontre de sa foi chrétienne.

En juillet 2014, l’ECNI (Equalities Commission, Northern Ireland, commission Egalité pour l’Irlande du Nord), poursuit la famille McArthur pour non respect de la loi de 2006 sur la discrimination. Le 19 mai dernier, la Cour du comté de Belfast a confirmé la condamnation à 500 livres de dommages et intérêts. La famille McArthur a décidé le 28 mai de faire appel de cette décision.

Le juge Brownlie a estimé que « les prévenus ont illégalement discriminé le plaignant sur la base d’une discrimination sexuelle. »Le juge a estimé que les McArthur connaissaient forcément l’orientation sexuelle de Mr Lee, la personne venue passer commande, en raison de la nature du slogan inscrit sur le gâteau. Mr Lee se souvient pour sa part s’être senti « comme un moins que rien ».  Par ailleurs, le juge a expliqué : « Bien que je reconnaisse leur croyance religieuse, (leur boulangerie) est un commerce qui doit fournir un service à tous, comme le dit la loi, et c’est ce qu’ils doivent faire. (…) Les prévenus ne forment pas une institution religieuse. Ils font tourner un commerce pour en tirer un profit et, malgré leur croyances religieuses authentiques, il n’y a pas d’exception à la loi de 2006 qui s’applique à ce cas. »

La famille McArthur, qui a depuis payé les 500 livres demandées, s’est dit extrêmement déçue d’un tel jugement : « Nous continuons à insister sur le fait que nous n’avons rien fait de mail et n’avons discriminé personne, mais que nous avons agit selon ce que la Bible enseigne sur le mariage. Notre espoir et notre prière serait que cet appel nous permette, ainsi qu’aux autres chrétiens, de vivre notre foi en Jésus Christ dans tous les domaines de notre vie, incluant notre lieu de travail ». Le parti des unionistes démocrates (DUP) s’est indigné d’un tel jugement. Paul Givan, l’un de ses membres, a ainsi estimé : « C’est une atteinte à la foi. Les chrétiens vont-ils être traînés devant les tribunaux ? Je ne pense pas que les habitants d’Irlande du Nord le veuillent ». Paul Givan et d’autres membres du DUP, soutenus par les Églises, tant protestantes que catholiques, ont essayé d’introduire une clause de conscience à la loi de 2006 sur les discriminations permettant à certaines personnes d’en être exemptées au nom de leur croyance religieuse. Mark Woods, contributeur du Christian Today soulignait en février dernier qu’un tel amendement n’avait pas tellement de chance d’être adopté. « Le Sinn Fein et d’autres partis ont promis de tout faire pour le bloquer, soit par des manœuvres au parlement, soit par un vote frontal qu’ils pensent pouvoir gagner. »

http://www.lavie.fr/debats/chretiensendebats/le-gateau-qui-divise-l-irlande-du-nord-29-05-2015-63624_431.php

Publié dans : Actualités, Maires, élus