Refondation de l’école : non à la « transsubstantiation » de nos enfants

A partir du 21 mai, le Sénat va examiner en séance publique le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, adopté en première lecture par les députés, le 20 mars dernier.

Le gouvernement poursuit à marche forcée sa politique de déconstruction des familles et de l’identité des personnes. L’endoctrinement obligatoire des enfants à la théorie du genre commencera dès l’âge de six ans. L’actuel ministre de l’éducation nationale n’a jamais caché sa conception de l’école républicaine : elle a pour mission d’« arracher les enfants au déterminisme social, familial, ethnique et religieux ». Pour mieux saisir le sens d’une telle phrase, reportons-nous à ce que monsieur Peillon a écrit dans l’un de ses ouvrages :

« La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi » (tiré de son livre La Révolution française n’est pas terminée, Seuil, 2008).

Il est encore temps de se mobiliser pour sauvegarder la liberté des parents et des enseignants. En attendant, nous sommes invités à alerter les sénateurs.

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Le-fil/Appel-aux-senateurs-pour-ecarter-l-ideologie-du-genre-a-l-ecole

Mots clefs : ,
Publié dans : Actualités