Les infirmiers contre l’euthanasie

infirmlier

La résistance des professionnels de santé contre le projet de loi Claeys-Léonetti s’amplifie. Des infirmiers et des infirmières ont publié une tribune rappelant leur belle mission auprès des malades en fin de vie. Ils exigent, a minima, une clause de conscience.

Nous reproduisons la fin de cette tribune, que vous pouvez consulter ici.

« Les infirmiers et infirmières veulent pouvoir continuer à exercer leur métier librement, sans être poussés à une certaine schizophrénie qui les obligerait à orienter leurs soins tantôt vers la vie, tantôt vers la mort. Les infirmiers et infirmières ne veulent pas être ceux qui pousseront la seringue, ni ceux qui la prépareront et demandent l’introduction d’une clause de conscience pour les soignants. Le soin est orienté vers le patient et sa finalité est de répondre aux nécessités vitales de celui-ci dont le fait de commettre la mort ne fait bien entendu pas partie. Le soin est tourné vers la vie, vers le fait de la reconnaître et donc de reconnaître le patient comme une personne étant digne quel que soit son état de santé et jusqu’au décès de celui-ci. Faire en sorte que le patient meure par des soins qui accéléreraient la survenue de la mort de manière intentionnelle ne fait pas partie des missions de l’infirmier. Sa mission est de travailler à apaiser le patient, à le réconcilier avec lui-même, avec son corps, avec son esprit pour lui permettre une mort véritablement apaisée ».

Infirmiers et infirmières rejoignez-le en signant cette tribune.

 

 

 

Mots clefs : ,
Publié dans : Actualités, Témoignages